燕 Tsubame, le village invisible
|| Bienvenu cher Invité ||
Voici un village où doit régner la paix... mais ce n'est qu'en surface. Car ses détracteurs se font de plus en plus nombreux. Incarnez un magicien [Mahô], un guerrier [Tsurugi], un animorphe [Yajû] ou un druide [Heiwa] et choisissez votre alignement: partisan du village de Tsubame ou affilié à votre clan d'origine et donc espion infiltré.

Le forum renaît tout doucement et a besoin de vous ^^


Forum RPG Yaoi-Yuri
 

Partagez | 
 

 Yanis lewis

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Yanis lewis   Sam 1 Mar - 0:00

Prénom: Yanis

Nom: Lewis

Surnom: Yan’, mais il n’aime pas vraiment les surnoms, il les tolère quand ils viennent de son frère.

Age:22 ans

Sexe: Masculin ^^

Sexualité: Bisexuel (ça laisse plus de choix xD)

Clan d'origine:Yadjû

Etes-vous toujours affilié à votre clan? Non

Si du clan Yadjû : Il porte sur la cheville droite une petite tâche, qui, si on la regarde bien, illustre une panthère. Eh vui, Yanis se transforme en panthère noire. Pourquoi noire alors qu’il est blond aux yeux bleus ? Très bonne question, peut être les quelques restes du père xD Tâche à ne pas confondre avec le tatouage qu’il a derrière l’oreille et qui représente l’animal de son frère !

Description physique: Yanis possède des cheveux blonds platines, très lisses et pas trop dur à coiffer qui lui arrivent aux épaules. Il en prend grand soin, car il trouve que les cheveux longs vont beaucoup mieux avec son visage. Une autre raison existe également, mais vous la découvrirez bien assez tôt… Ses yeux sont gris-bleus et demeurent froids et impénétrables la plupart du temps, sauf lorsqu’ils se mettent à briller d’un éclat prédateur. Un tatouage représentant un minuscule chat des sables orne le derrière de son oreille, mais personne ne le remarque. Tout comme son frère, le visage du jeune homme est sculpté par des traits fins, presque féminins. Pourtant, aveugle est celui qui le trouve efféminé. En effet, Yanis est bel et bien un homme viril, il suffit de regarder sa carrure pour s’en persuader. Il a de larges épaules et un corps musclé, d’abord pour plaire et pour trouver plus facilement du travail, mais aussi pour être sûr de pouvoir toujours protéger son petit frère. Enfin, il s’habille très classe la plupart du temps, voulant se donner un air plus âgé. En effet, il a dû murir très vite et trouve que son apparence n’a pas suivi le mouvement. C’est rare quand un sourire apparait sur ses lèvres rosées, mais pas impossible. Surtout s’il est destiné à Ephrem.

Description psychologique: Une chose est sûre : La mort de sa sœur l’a beaucoup affecté. Depuis ce jour, il reste froid et méfiant, n’accordant que très difficilement sa confiance. Yanis se montre souvent indifférent voire méchant, il préfère largement qu’on le déteste plutôt qu’on l’aime. Il ne veut pas montrer son affection, sauf à son frère, car il considère que c’est mettre à jour des faiblesses. Sa carapace est faite d’épaisses couches de glaces, très difficile à percer. C’est le seul moyen qu’il a trouvé pour se protéger. Pourtant, Yanis à sa libido, et quand vient la nuit il change complètement, révélant le prédateur qui sommeille en lui. Ses gestes deviennent aguichants, sa sensualité envoûte, et ses yeux brillent d’envie. On comprend donc qu’il est volatile, et que ses partenaires changent presque tout le temps. Il joue avec eux. Le seul à qui il est fidèle, pour ainsi dire, c’est à Ephrem.

Profession: Barman ^.^

Important: Celui qui fait du mal à son frère, il le tue.

Hors RP


Comment avez-vous connu le forum? Hm, les fofos Yaoi se font rares ces temps si. Mais en se baladant de liens en liens…=D
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Yanis lewis   Sam 1 Mar - 0:02

Histoire: [Alors… Le début est le même que celui d’Ephrem (on l’a écrit ensemble uhuh <3), c’est normal ils sont pas nés xD Mais la fin est différente ^^ Du coup, je mets en couleur ce qui change, ça vous évitera de tout relire si vous êtes allé voir la fiche du charmant frèro ^^]

Tout commença comme un conte de fée. Un Haiwa et Une Yajû ? Impensable ! C’est pour cela que le couple vivait caché de tous, survivant d’amour et d’eau fraîche, filant le parfait amour comme l’on en rêve à 20 ans. Ils avaient pour projet de rejoindre Tsubame, pour cela ils s’étaient enfuit, traversant forets et campagnes dans une directions approximative, le nord.

Ils comptaient vivre heureux. C’était très simple, en apparence, et la crédulité de leur jeunesse ne leur faisait entrevoir toute l’ampleur de la tâche. Ils croyaient que cela était facile, qu’il suffirait de se laisser porter par les vagues de l’existence, et pourtant leur rêve, car toute bonne chose à une fin, ne se réalisa pas.

Tout était pourtant si bien parti ! Peu après leur arrivée au village, car finalement ils le rejoignirent, Satine reçu le plus beau cadeau du monde, une petite fille. Ne partageant que partiellement sa joie, le jeune père éprouva soudain quelques remords à avoir trahi son clan. Après tout il avait abandonné sa famille, sa patrie alors qu’il savait très bien qu’on avait besoin de lui là-bas. Certes, il aimait Satine plus que tout au monde, mais est-ce que son amour à elle était aussi fort que le siens ? Peu à peu, un sentiment de culpabilité empli son cœur bien qu’il n’en laissa rien paraître. Cette idée l’obséda pendant six ans.

De son coté, Satine, vivant dans le bonheur, choyait et chérissait sa fille : Nahima. Elle lui apprit tout ce qu’une femme se devait de savoir. Elle poussa son compagnon à lui apprendre le secret de la Nature, lui, Haiwa, qui la comprenait si bien. Nahima reçu donc tout l’amour de ses parents, et studieuse, elle maîtrisa bien vite toutes les initiations qu’elle avait reçues. La mère louve, trop aveuglée par cette joie soudaine, ne se rendit pas compte que son ami se faisait de plus en plus distant jusqu’au jour fatidique.

Ce jour fatal, donc, arriva un beau matin de printemps. Les bourgeons frémissaient sous la rosée du matin, les faibles rayons du soleil propageaient une chaleur diffuse, et le couple, voulant profiter des premiers beaux jours avait décidé de déjeuner sur la terrasse. Nahima dormait encore. L’Haiwa décida d’annoncer la nouvelle résolution qu’il avait prit au cours de ces six dernières années. Il l’avait beaucoup mûri, et cette décision n’était sûrement pas prise à la légère. Mal à l’aise, il annonça maladroitement à sa femme son désir de partir. Il lui assura qu’il lui portait un amour sans borne ainsi qu’à leur fille, mais qu’il avait le mal du pays, qu’il préférait revenir chez les siens pour épouser une femme qui lui était promise.
Satine demeura froide et blême. Son cœur semblait s’être fissuré en d’innombrables morceaux de verres, et ils la blessaient autant qu’un couteau qui aurait plongé dans son ventre. Tandis que la flamme de leur amour se glaçait lentement, cet homme pour qui, elle voulait s’en persuader, elle n’éprouvait absolument plus rien boucla ses valises. Il était certain de se faire bien accueillir dans son clan d’origine, mais il se trompait. La naïveté avait encore une fois voilé son regard. Il devint le souffre-douleur de son village, et, honteux, n’osa pas retourner à Tsubame.

Satine, déchirée et blessée, subit une période où elle ne voulait voir absolument personne. Nahima n’avait que six ans, et elle fut bien obligée de grandir plus vite que les autres enfants. Elle fut recueillie par l’une des rares amies de la louve, car celle-ci en avait peu, se dévouant entièrement à sa famille. Par cette connaissance, Nahima trouva une sorte de substitut à sa mère et un petit point d’attache à cette enfance qu’on lui avait volée. Mettant un terme à sa période de léthargie, Satine recommença à sortir, mais elle ne daigna plus s’occuper de Nahima, trouvant la ressemblance avec son père bien trop frappante et douloureuse.
La jeune femme se perdit dans les plaisirs de la débauche pour occulter son chagrin.
Chaque soir, elle ramenait un homme à la maison, et sa fille, désormais seule car la vieille femme qui s’occupait d’elle était décédée il y avait peu, s’endormait en songeant qu l’avenir serait meilleur.

Satine enchaîna donc aventures d’un soir sur aventures avec tous les hommes qui lui passait sous la main. Les pires propos étaient proférés à son sujet mais la louve n’en avait cure, car elle en était arrivée à un point où son existence n’était plus que souffrance.

Dés les premiers mois suivant sa rupture, Satine tomba enceinte, mais cela elle ne le découvrit que le cinquième mois. Quand elle l’apprit, elle hurla de haine et de rage, consciente de sa déchéance. Nahima était sur le point d’avoir sept ans mais elle en paraissait beaucoup plus tant sa maturité était grande. Plus que pour sa mère, elle s’inquiétait pour le bébé, et lorsque Satine se promit de tuer l’enfant à sa naissance, Nahima jura de s’en occuper et de le protéger.

Le jour de la naissance tant attendu d’une part et tant redouté de l’autre arriva enfin. Un petit garçon naquit, et puisqu’il fallait choisir un prénom, Satine décida de laisser le choix à Nahima. De toute façon, son espérance de vie ne serait pas bien grande. La petite fille décida qu’il s’appellerait Yanis. La « famille » pu sortir rapidement de la maternité.

Sitôt rentré chez eux, Satine attrapa un couteau, comptant assassiner froidement ce rejeton indésiré. Elle ne connaissait même pas le père ! Mais le petit braillait, et Nahima criait, lui disait de ne pas lui faire de mal, et la mère ne se sentait pas assez courageuse pour planter cet arme dans le cœur nouvellement palpitant du garçonnet, comme l’avait fait il y avait environ sept ans de cela l’amour de sa vie dans son propre cœur. Relâchant l’arme en tremblant, Satine s’approcha de sa fille et déposa le nouveau-né dans ses bras frêles. Elle lui expliqua qu’il fallait maintenant qu’elle le considère comme son propre fils, qu’elle fasse ce qu’elle veut de lui, mais qu’elle-même, Satine, ne s’en occuperait jamais.

C’est ainsi que la petite fille, se transformant soudainement en maman, se détacha complètement des enfants de son âge pour grandir bien plus que mûrir, sans passer par le stade de l’adolescence.

Un an passa, et Nahima prit soin de Yanis, tant bien que mal, jusqu’à ce que sa mère tombe à nouveau enceinte. Cette dernière faillit faire une crise de nerf, et ingurgita de grandes quantités d’alcool durant sa grossesse, mais rien à faire, le bébé s’accrocha et il naquit avec une santé de fer un jour d’octobre. Comme le premier, elle le laissa aux soins de Nahima qui le nomma Ephrem. C’est ainsi que s’organisa la vie des deux frères, de pères inconnus, d’une mère dépressive et souvent absente, et d’une sœur prête à tout pour les sortir de cet enfer.

Yanis ne considérait pas la femme qui était à l’origine de sa naissance comme sa mère. Secrètement, et avec la complicité de sa sœur, il l’appelait du haut de son jeune âge « la monstre », et les rares fois où Satine rentrait à la maison, il la pointait et lançait le plus sérieusement du monde quelque chose comme « v’là la monstre », se réfugiant dans les jupes de Nahima. Sans le savoir, il avait parfois créé des problèmes à la jeune fille, mais celle-ci souriait toujours et ne le grondait jamais, lui ébouriffant les cheveux.

Comment aurait-il pu prévoir ce destin funeste ?

Le garçon s’était senti comme vide, terriblement vide lorsque sa sœur avait rejoint il ne savait quel Dieu. Elle était depuis quelque temps malade, certes, et l’échéance était de plus en plus prévisible au fil des jours, mais Yanis se raccrochait à un petit espoir, souhaitant de tout son cœur qu’elle survive. C’était bête, mais il croyait aux miracles. Rien qu’en regardant Ephrem, rien qu’en croisant son reflet dans un miroir, rien qu’en admirant sa sœur qui, malgré sa faiblesse, souriait toujours, il était persuadé que tout se finirait bien. Nahima leur avait raconté l’histoire de leur naissance. Affreuse. Pourtant, ils étaient toujours en vie, tous les trois, et il était impossible qu’on les sépare, n’est-ce pas ?

Bien sûr que non. La vie s’acharnait sûr eux, il l’avait bien compris. Nahima décéda vers midi, alors que les garçons allaient lui apporter son déjeuner. Ils n’avaient même pas pu lui dire au revoir. Yanis n’avait pas pleuré, il était un homme, et pourtant son cœur s’était transformé en éponge. Il absorbait toute ses peines, toutes ses larmes, et il saignait, saignait de l’intérieur. Comme l’adolescent qu’il était alors avait besoin d’extérioriser ses souffrances, Yanis avait frappé, frappé avec son poing sur un arbre, seul, effroyablement malheureux.

Tout en faisant cela, il s’était rappelé de leur vie commune, à tous les trois.
Ce qui allait lui manquer le plus, il le savait, c’était les sourires de Nahima. Ses sourires, ils décoraient ses lèvres tout le temps. Quand ils s’endormaient tous les trois le soir, serrés, blottis comme pour former une unité invincible contre le monde, quand elle riait lorsqu’il se trompait d’ingrédient pour faire un gâteau et que celui-ci avait à la fin un goût infect –Ephrem avait toujours était plus doué que lui-, lorsqu’elle leur apprenait à lire, à compter, lorsqu’ils devaient trouver la différence entre diverses plantes, lorsqu’il se bagarrait avec son frère, lorsqu’ils jouaient ensembles, quand elle recevait ses cadeaux d’anniversaire fabriqués maladroitement pas des petites mains potelées, quand les garçons insistaient pour qu’elle ne fasse rien de la journée, souhaitant lui offrir un peu de repos…

D’un autre côté, le blond s’en rendait compte maintenant, la mort de Nahima avait fortifié les liens qu’il y avait entre les deux frères, si bien qu’à présent, Ephrem représentait sa seule famille, et parfois Yanis devenait surprotecteur avec lui. Lorsque leur sœur était partie, Yanis avait prit brutalement conscience qu’il était l’ainé, et qu’à présent il lui revenait de s’occuper du mieux qu’il pouvait de son petit frère. Du coup, toutes ses années qui passèrent jusqu’à leur majorité servirent à les rendre inséparables. Ephrem était à présent indispensable à Yanis. S’il venait à le quitter, lui aussi, le blond ne survivrait pas.

C’est d’ailleurs pour cela que leur relation devint vite des plus ambigües. Habitués à s’embrasser, Ephrem et Yanis se comportaient plus comme un couple que comme de simples frangins, semant le trouble parmi leurs connaissances… Mais leur relation n’avait pas de nom. Elle était fusionnelle, improbable et pourtant bien existante. Elle était si forte qu’à ses propres dix-huit ans, Yanis se fit tatouer la tâche de naissance de son frère, propre aux Yadjû, derrière l’oreille gauche, pour être sûr qu’il ne le quitte jamais. Ce détail, pourtant, resta ignoré de son frère.

Aux dix-huit ans d’Ephrem, devenant enfin indépendants, les jeunes hommes, comme ils se l’étaient promis déménagèrent dans un petit appartement. Ils avaient trouvé du travail malgré leurs années d’études inexistantes, et ils ne deviendraient pas riche, certes, mais l’argent qu’ils gagnaient était suffisant pour survivre. Enfin, ils commencèrent une nouvelle vie, loin des malheurs et de leur mère, bercés par le sourire de Nahima.
Revenir en haut Aller en bas
Fye Evenwood
~ Libraire ~
avatar

Nombre de messages : 82
Age : 32

Feuille de personnage
Petit(e) Ami(e): Aucun à l'horizon
Arme/Pouvoir: Contrôle de la glace qui te refroidira les fesses si tu m'enquiquines / Science des ombres: sait juste leur faire prendre les formes qu'il veut sur des surfaces quelconques
Objets acquis (missions/contrats/etc):

MessageSujet: Re: Yanis lewis   Sam 1 Mar - 0:09

.... Très beau... et surtout, je suis très content d'avoir enfin le point de vue de Yanis. Ayant déjà validé Ephrem.

Que dire? Cette histoire est très touchante et particulièrement bien écrite. Et bien sûr, cela donne vraiment envie de connaître les personnages sur le rp.

Tu es validé... si tu en doutais encore ^^ Re Bienvenu Yanis et amuse-toi bien parmis nous.

(par contre... pourquoi as-tu posté ta fiche des les "Fiches validées"? Ce n'est pas grave de toute manière vu que tu l'es)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Yanis lewis   Sam 1 Mar - 0:16

Marchii ^__^

Roh, chui désoléééée >.< Z'avais pas vu >.> (me disais aussi, tout c'était bien passé jusque là, devait bien arriver quelque chose...m'enfin, baka un jour, baka toujours XD)

Suis contente de pouvoir commencer à jouer <3
Revenir en haut Aller en bas
Fye Evenwood
~ Libraire ~
avatar

Nombre de messages : 82
Age : 32

Feuille de personnage
Petit(e) Ami(e): Aucun à l'horizon
Arme/Pouvoir: Contrôle de la glace qui te refroidira les fesses si tu m'enquiquines / Science des ombres: sait juste leur faire prendre les formes qu'il veut sur des surfaces quelconques
Objets acquis (missions/contrats/etc):

MessageSujet: Re: Yanis lewis   Sam 1 Mar - 0:41

^__^ Ce n'est pas grave

Bah vi, va jouer! Dépêche un peu! ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Yanis lewis   Sam 1 Mar - 0:57

Mah l'autorité parentale reigne en maître xD J'vais me coucher là ^^

Je jouerais demain <3 Bonne niwi les gens ^^
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Yanis lewis   Sam 1 Mar - 13:12

Bienvenuuuuee! ^^

Je crois que tout est dit, comme ton "frère" histoire est très bien écrite et touchante.
Personnage très interressant.
Bon jeu! ;)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Yanis lewis   Sam 1 Mar - 14:14

Bienvenue jeune homme,
Que Tsubame vous plaise meme si le village est en danger Hun
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Yanis lewis   Sam 1 Mar - 14:25

Meuuuhh nnaaaaaaaaaannn !!
On est fort!
Avec nos professeurs et guerriers surpuissant on risque rien xD (heiiin Yamoooo...^^)
Revenir en haut Aller en bas
Fye Evenwood
~ Libraire ~
avatar

Nombre de messages : 82
Age : 32

Feuille de personnage
Petit(e) Ami(e): Aucun à l'horizon
Arme/Pouvoir: Contrôle de la glace qui te refroidira les fesses si tu m'enquiquines / Science des ombres: sait juste leur faire prendre les formes qu'il veut sur des surfaces quelconques
Objets acquis (missions/contrats/etc):

MessageSujet: Re: Yanis lewis   Sam 1 Mar - 15:39

En danger?????

Ah oui, peut-être bien ^.^

*cours se planquer quelque part et laisse tout les autres faire le travail*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Yanis lewis   Sam 1 Mar - 15:50

*pointe Aaron du doigt *

Lâcheee!
et dire que t'es plus vieux que moi !
Vien içi fouet

xD
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Yanis lewis   Sam 1 Mar - 16:08

Mercii ^.^

Quoi, le village en danger, à peine quand on arrive ? xD
Je suis sûre que c'est une machination.

Euuh... moua jpeux faire la pom-pom girl pour encorager les gentils xD
Yanis : -__-'
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Yanis lewis   Sam 1 Mar - 16:11

Exactement,
Et Aaron tu as le comportement exact d'un Maho, comme j'ai décrit dans mon rp avec Tetsuya... xD
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Yanis lewis   Sam 1 Mar - 17:18

Yamo Mahlto a écrit:
Exactement,
Et Aaron tu as le comportement exact d'un Maho, comme j'ai décrit dans mon rp avec Tetsuya... xD

C'est malheureux à dire mais c'est tout à fait vrai !
Tetsuya : Je suis déçu... vraiment déçu -_-


Bienvenue à vous ^^
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Yanis lewis   Mer 12 Mar - 14:55

En retard mais bon

Bienvenue !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Yanis lewis   

Revenir en haut Aller en bas
 
Yanis lewis
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
燕 Tsubame, le village invisible :: [-- ADMINISTRATION --] :: Archives :: Archives ancienne version-
Sauter vers: